Actualités

Acteurs et stratégies de développement du vélo en France en 2024

2 personnes à vélo roulent sur un chemin dans une forêt

Le développement du vélo en France s'inscrit dans une dynamique de transformation des mobilités urbaines et rurales, cherchant à répondre aux défis écologiques contemporains tout en favorisant une économie plus locale et durable. Cet article vous propose de parcourir les différentes strates de ce mouvement, de la vision stratégique européenne à la politique nationale française. Nous ferons également un zoom sur les 3 principales filières régionales de développement du vélo et de la mobilité active.

Accédez rapidement à la section qui vous intéresse :

Europe : visions et stratégies de développement de la mobilité active

Développement du vélo en France : les acteurs nationaux

Filières régionales : 3 clusters pour le vélo français

Le vélo Made in France

                   

Europe : visions et stratégies de développement de la mobilité active

image représentant un dessin d'un vélo dans une rue avec un drapeau européen

Le 4 octobre 2023, s'alignant sur une initiative similaire du Parlement européen, la Commission européenne a publié une déclaration en faveur du développement du vélo sur le vieux continent. L'Europe souhaite ainsi se positionner à l'avant-garde du développement du vélo et de la mobilité douce, avec une approche stratégique qui reflète son engagement en faveur de la durabilité, de la santé publique et de la qualité de vie urbaine. Cette stratégie européenne pour le vélo s'articule autour de plusieurs axes clés : encourager l'utilisation du vélo à travers le continent, intégrer la mobilité douce dans les politiques de transport et d'urbanisme, et soutenir l'innovation et l'économie du cycle.

Harmonisation des Politiques et Infrastructures

L'Union européenne encourage ses États membres à adopter des politiques harmonisées pour le développement des infrastructures cyclables, en fournissant des lignes directrices et des financements pour la construction de pistes cyclables, des parkings à vélos sécurisés, et des services de partage de vélos. Ces efforts sont soutenus par des initiatives telles que le réseau EuroVelo, qui vise à développer un réseau de pistes cyclables à travers l'Europe, favorisant ainsi le tourisme à vélo et la mobilité quotidienne.

Soutien à l'Innovation et à la Technologie

La stratégie européenne accorde une place importante à l'innovation et à la technologie dans le domaine de la mobilité douce. Cela se traduit par le soutien à la recherche et au développement de solutions innovantes pour les vélos électriques, les systèmes de partage de vélos, et les applications de mobilité qui facilitent l'usage du vélo en milieu urbain et périurbain. L'UE encourage également l'adoption de normes communes pour les équipements cyclables, améliorant ainsi leur interopérabilité et leur sécurité.

Promotion de la Mobilité Durable

Au cœur de la stratégie européenne, on trouve la promotion de la mobilité durable comme élément central de la transition écologique. L'UE met en œuvre des campagnes de sensibilisation et des programmes éducatifs visant à encourager un changement de comportement en faveur du vélo. De plus, des incitations financières sont proposées pour encourager les citoyens et les entreprises à opter pour le vélo, comme le Forfait Mobilité Durable (FMD).

Collaboration Transnationale

La collaboration transnationale est un autre pilier de la stratégie européenne pour le vélo. En favorisant les échanges de bonnes pratiques et les projets collaboratifs entre les villes, les régions et les pays, l'UE cherche à créer un écosystème vélo européen cohérent et efficace. Cette collaboration est essentielle pour aborder les défis communs, tels que la congestion urbaine, la pollution de l'air, et le changement climatique.

Un budget européen en hausse

L'enveloppe financière dédiée aux projets de transports par l'Union européenne s'élève à environ 80 milliards d'euros, sur une période de sept ans. Durant cette période, le montant alloué au vélo, en constante augmentation, a évolué de 700 millions d'euros pour la période 2007-2013 à 2 à 2,5 milliards d'euros pour 2014-2020 (dans l’attente des dernières mises à jour 2023). Malgré une croissance significative et encourageante, la Fédération européenne des cyclistes (ECF) estime qu'il serait nécessaire de tripler cet investissement afin d'effectuer un transfert modal efficace vers le vélo

Déclaration Européenne sur le Cyclisme

Suite à la déclaration de la commission européenne en faveur du développement du vélo en octobre 2023, La commission des transports du Parlement européen a adopter en février 2024 la « Déclaration européenne sur le cyclisme ». Cette déclaration, qui doit être soumise au vote définitif du parlement en avril 2024, comprend 36 engagements qui seront déclinés de manière opérationnelle. Parmi ses engagements on retiendra les aides à la relocalisation de l’industrie du vélo électrique, le renforcement des services de logistique cyclable (notamment celle du dernier kilomètre) et le financement de nouvelles initiatives comme le partage, la réparation et la location de vélos.
La prochaine étape à suivre sera la signature de cette déclaration par les 3 institutions européennes lors des journées de l’interconnexion en Europe du 2 au 5 avril 2024.

 

                   

Développement du vélo en France : les acteurs nationaux

Image illustrant élo cargo français

 "Le Formidable", un vélo cargo électrique fabriqué et assemblé par plus d'une dizaine d'artisans et industriels français

La France, à l'instar de nombreux pays européens, a vu ces dernières années un accroissement significatif de l'intérêt pour le vélo, tant comme moyen de transport quotidien que comme vecteur de tourisme vert. Ce regain d'intérêt est soutenu par des politiques publiques incitatives, comme le plan vélo national visant à tripler la part du vélo dans les déplacements quotidiens d'ici 2027, à travers un développement conséquent des infrastructures, un soutien à l'innovation et des mesures fiscales encourageantes. Au cœur de cette dynamique, le Plan Vélo du ministère des Transports, l'Agence de l'Innovation pour les Transports (AIT), la Fédération française des Usagers de la Bicyclette (FUB) ou encore l’ADEME, à travers le programme « AVELO » jouent un rôle prépondérant. Nous citerons également -Vélo France filière économique - qui œuvre au développement du vélo en France sous tous ses aspects.

Mais avant de nous attarder sur ces différents acteurs, portons notre regard sur les tendances du vélo en France en 2023

Une pratique du vélo en hausse de 5% en 2023

En 2023, la fréquentation des vélos en France a connu une augmentation de 5 %, principalement portée par les déplacements du quotidien, comme les trajets domicile-travail ou domicile-école, souligne l'association Vélo & Territoires. Cette hausse, mise en lumière par un baromètre de l'association publié le 12 janvier, est particulièrement marquée en juin, en septembre lors de la rentrée scolaire, et la semaine avant Noël, avec une fréquentation nettement supérieure à celle de l'année précédente, notamment dans des villes comme Paris, Toulouse, Chambéry, et Saint-Nazaire.
L'étude, soutenue par l'Agence de la transition écologique et le ministère des Transports, révèle des différences de fréquentation selon l'environnement et le moment de la semaine. En effet, pendant les jours ouvrables et dans les zones urbaines, la fréquentation des vélos a augmenté de 7 % et 6 % respectivement, tandis que les weekends et dans les zones périurbaines et rurales, la fréquentation semble stagner. Cette tendance indique que l'essor du vélo en France est principalement dû à son utilisation pour des besoins quotidiens, comme le déplacement pour le travail ou l'école.
La collecte des données s'appuie sur 308 compteurs répartis sur le territoire, représentatifs des 1 500 compteurs de la plateforme nationale des fréquentations, qui prévoit de publier un baromètre détaillé au printemps. Selon ces mesures, le nombre moyen de passages de vélos par jour atteint 1 345 en zone urbaine, contre 216 en zone périurbaine et 133 en zone rurale.

Le Plan Vélo 2023-2027 du ministère des Transports

Le gouvernement français s'est engagé à consacrer un budget de 2 milliards d'euros d'ici à 2027 pour soutenir l'essor du vélo, en révélant un ambitieux plan vélo et mobilités actives. Cette initiative vise à encourager l'utilisation du vélo à travers diverses mesures, incluant le développement des infrastructures telles que les pistes cyclables, l'extension des aides à l'achat de vélos (retrouvez ici notre guide des aides 2024), y compris ceux d'occasion vendus par des professionnels, et des ajustements du code de la route pour améliorer la sécurité et le confort des cyclistes.
Initialement, le gouvernement avait annoncé un investissement de 250 millions d'euros pour 2023. Cependant, le plan étendu prévoit une augmentation significative des fonds, avec une projection totale de 6 milliards d'euros en prenant en compte les contributions des collectivités territoriales. Parmi les mesures phares, on trouve la pérennisation du fonds mobilités actives avec 1,25 milliard d'euros alloués sur la durée du plan pour accélérer le développement des aménagements cyclables en France.
L'objectif est d'augmenter le réseau de voies cyclables sécurisées de 57 000 kilomètres à 80 000 kilomètres d'ici 2027, avec une vision à long terme d'atteindre 100 000 kilomètres en 2030. Le plan comprend également des innovations pour faciliter la circulation des cyclistes, telles que l'installation de repose-pieds et l'expérimentation d'un décalage de feu vert pour les vélos, ainsi qu'une augmentation du forfait mobilité durable pour les fonctionnaires.
Pour lutter contre le vol de vélos, le gouvernement a rendu obligatoire pour l’achat de vélos neufs l'enregistrement des vélos dans un fichier national et prévoit d'augmenter le nombre de places de stationnement sécurisées près des gares. Des formations à la conduite de vélo pour les jeunes sont aussi prévues pour renforcer l'éducation et la sécurité routière dès le plus jeune âge.
Enfin, le plan souligne un soutien appuyé à la filière de production de vélos en France, avec un objectif de production dépassant 1,4 million d'unités en 2027, en vue de renforcer la réindustrialisation du secteur et de promouvoir des modes de déplacement durables.

 

L’agence de l’innovation et des transports

logo de l'agence de l'innovation pour les transports

L'Agence de l'Innovation pour les Transports (AIT) est née de la nécessité de répondre aux défis majeurs du secteur des transports, tels que la transition écologique, la révolution numérique, la cohésion territoriale et la résilience en temps de crise. Issue des Assises de la Mobilité en 2018 et de l'adoption de la loi d'orientation des mobilités en 2019, l'AIT a pour objectif de promouvoir l'innovation et de coordonner les efforts dans ce domaine. Face à ces enjeux, l'innovation est considérée comme la réponse essentielle, nécessitant une réinvention complète des technologies, de l'industrie, des modes de déplacement, des organisations et des politiques publiques. L'AIT agit comme un catalyseur d'innovation en entretenant une veille, en impulsant une culture d'innovation ouverte, en établissant des partenariats avec divers acteurs et en accompagnant les porteurs de projets innovants. Ses missions incluent également le soutien au développement de prototypes et la facilitation d'expérimentations pour façonner les transports de demain.

 

Le programme AVELO de l’ADEME

logo de l'ADEME

Le 16 octobre 2023, la France a mis à jour son engagement envers la promotion du vélo comme mode de transport durable avec le lancement de l'Appel à Projet (AAP) AVELO 3. Ce programme, destiné à soutenir les collectivités dans le développement des infrastructures cyclables, s'inscrit dans la continuité des efforts nationaux pour intégrer le vélo dans les politiques de mobilité urbaine, visant une mobilité plus économique, saine et respectueuse de l'environnement.
L'ADEME, agissant comme pilier de cette initiative, alloue un budget de 30 millions d'euros pour la période 2023-2026. L'AAP AVELO 3 vise particulièrement les territoires périurbains et ruraux, encourageant l'adoption et l'amplification des politiques cyclables. Avec l'objectif de toucher 350 territoires, dont 50 départements et régions, le programme aspire à faire du vélo un moyen de transport quotidien accessible à tous, dès le plus jeune âge.
Ce programme repose sur un socle de quatre axes principaux : la promotion de politiques locales favorables au vélo, l'expérimentation de services vélo, le soutien à la construction de politiques cyclables via le financement d'études, et le renforcement de l'ingénierie territoriale. Ces axes couvrent un large éventail d'actions, allant de la planification et l'étude de la mobilité active à l'implémentation de services vélo innovants et à la sensibilisation des publics à la mobilité cyclable.
L'ADEME facilite également le recrutement de chargés de mission vélo, renforçant ainsi l'expertise locale et la capacité des territoires à mettre en œuvre des politiques cyclables efficaces. En s'appuyant sur les succès des programmes AVELO précédents, qui ont déjà soutenu plus de 650 territoires, l'AAP AVELO 3 cherche à élargir et approfondir l'impact du vélo sur la mobilité française, en faisant avancer la vision d'une France plus cyclable et durable.

 

Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB)

logo de la FUB

La Fédération française des Usagers de la Bicyclette (FUB), fondée en 1980, est une association à but non lucratif qui s'engage à résoudre les problèmes quotidiens des cyclistes et à encourager l'utilisation du vélo comme moyen de déplacement habituel. Avec plus de 510 associations membres, la FUB agit en coordination avec les acteurs locaux, les pouvoirs publics et mène des campagnes de sensibilisation. Elle propose une gamme d'actions pro-vélo telles que des conseils en sécurité, des bourses aux vélos, des services de documentation et des initiatives comme les ateliers d'autoréparation et les vélo-écoles. La FUB organise également divers événements, dont la Semaine du développement durable et la Semaine européenne de la mobilité, tout en éditant la revue Vélocité. Elle lutte activement contre le vol de vélos à travers le marquage BicyCode® et une plateforme de tests d'antivols. De plus, elle soutient l'apprentissage de la mobilité à vélo via un réseau de vélo-écoles et la professionnalisation des intervenants. La FUB fournit également un soutien juridique et accompagne la création d'associations pro-vélo. Enfin, elle s'engage pour promouvoir l'égalité entre les sexes dans la pratique du vélo et au sein des associations.

 

Vélo France, filière économique

logo de France Vélo, filière économique

La filière économique du vélo en France, désignée sous le nom de France Vélo, joue un rôle central dans l'unification et le développement de l'économie liée au vélo sur le territoire national. Sa mission est d'encourager la croissance de tous les segments liés au vélo : production de vélos et de composants, promotion du tourisme à vélo, installation de services essentiels à la pratique du vélo, construction d'infrastructures cyclables de qualité. L'objectif principal est simple : augmenter le nombre de cyclistes à travers le pays.
France Vélo se distingue par sa structure unique qui inclut, en plus des acteurs économiques traditionnels, des associations et des institutions, tous unis par une vision commune du développement futur du secteur. Cette approche collaborative est destinée à créer une filière exemplaire et ambitieuse, répondant aux défis environnementaux actuels, tout en générant croissance économique et emplois.
Un des principaux enjeux réside dans la capacité à fédérer tous les acteurs impliqués dans le cycle de vie du vélo, depuis la conception jusqu'aux services de maintenance, en passant par la fabrication, l'assemblage, et l'installation d'infrastructures adaptées. Pour cela, le Club des villes et territoires cyclables a initié des visites industrielles régionales et a établi neuf groupes de travail thématiques, impliquant une centaine de personnes, afin de concrétiser des projets d'ici 2030 dans divers domaines tels que la production, les services, l'aménagement, le tourisme, et le développement durable.
Le rôle stratégique de la filière a été renforcé par le premier comité interministériel du vélo et des mobilités actives, soulignant son importance comme levier pour l'économie française. Cela a mené à l'élaboration d'un contrat de filière, actuellement en cours de rédaction et de négociation, qui vise à formaliser une collaboration étroite entre les membres de la filière et les pouvoirs publics. Ce contrat définira des actions concrètes et des projets structurants pour l'avenir, s'engageant à développer une filière durable et ambitieuse à même de répondre aux enjeux environnementaux et de promouvoir le vélo sur tous les territoires français.
Rendez-vous sur le site web de la Filière Vélo pour plus d’informations.

 

                   

Filières régionales : 3 clusters pour le vélo français

Actuellement, trois clusters spécialisés dans le domaine du vélo sont actifs en France. Ces clusters tirent parti de la puissance du travail collectif et jouent un rôle crucial en tant que relais régionaux. En fonction de votre situation géographique, vous pouvez vous rapprocher de l'un de ces clusters pour bénéficier de leur soutien et de leurs services.

CYGO : L’Union des entreprises du Cycle Grand Ouest

logo de CYGO, l'union des entreprises du cycle Grand Ouest

L'initiative CYGO, fruit de la collaboration entre entreprises du secteur du vélo dans le Grand Ouest, répond à la volonté gouvernementale de structurer l'industrie du vélo en France pour favoriser sa croissance. Sous la houlette du pôle de compétitivité ID4MOBILITY (voir plus bas), et grâce au soutien financier des régions Bretagne, Pays de la Loire et Centre-Val de Loire, CYGO vise à promouvoir l'excellence des entreprises locales, à encourager la relocalisation industrielle, à stimuler l'innovation et à renforcer la formation et l'emploi. Cette initiative regroupe déjà plus de 60 membres engagés dans différents aspects de la chaîne de valeur du vélo, allant des fabricants de véhicules, composants et accessoires aux acteurs de la distribution, en passant par les fournisseurs de services et les opérateurs du tourisme à vélo. Les objectifs principaux de CYGO sont d'accroître la valeur ajoutée et les emplois dans le secteur du vélo dans le Grand Ouest, tout en favorisant l'essor des pratiques cyclistes et en encourageant l'utilisation du vélo comme mode de transport.
Récemment, CYGO a relevé un défi étonnant : concevoir un vélo électrique en seulement six mois, tout en privilégiant l'utilisation maximale de compétences, de pièces et d'accessoires issus des entreprises de la région du Grand Ouest. L'objectif était de produire un vélo entièrement "fabriqué dans le Grand Ouest". Défi relevé ! Le ByCYGO , comme un symbole de coopération des acteurs du vélo du Grand Ouest, a été créé avec un premier prototype très prometteur. A découvrir sur le site web CYGO.

ID4Mobility

ID4MOBILITY est un acteur clé dans la construction du futur de la mobilité dans le Grand Ouest. Il promeut l'innovation collaborative pour bénéficier à tous les acteurs impliqués, des entrepreneurs aux citoyens. Cette organisation croit en une approche hybride de l'innovation, englobant les véhicules, les services, les industries et es infrastructures pour aborder toutes les transitions nécessaires. En soutenant les porteurs de projets, ID4MOBILITY offre un accès à un réseau d'affaires et technologique, des conseils pour la structuration et le financement des projets, ainsi qu'un support à l'industrialisation. En tant que pôle de compétitivité, leur expertise en innovation leur permet de proposer les meilleures stratégies de développement dans le domaine des mobilités terrestres. Leur objectif est de stimuler les innovations collaboratives financées en contribuant au développement de projets dans les territoires engagés dans les transitions écologiques, sociales et sociétales, tout en remettant en question les souverainetés industrielles et numériques.

 

CARA : le cluster mobilité en Région Rhône Alpes

logo CARA, cluster de la mobilité Rhône Alpes

Fondée en 2005, la Communauté d'Agglomération Rhône Alpes (CARA) a étendu son champ d'action en 2020 pour inclure la Filière Mobilité Active. Basée dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, CARA compte plus de 400 membres, dont 160 sont affiliés à la Filière Mobilité Active. Cette communauté rassemble divers acteurs des secteurs des transports et des mobilités, tels que des industriels, des opérateurs de transport, des laboratoires de recherche, des centres de formation et des collectivités. Reconnue en Europe, CARA accompagne les évolutions des systèmes de transport de personnes et de marchandises pour répondre aux impératifs de santé publique et de transition écologique.
Outre les cinq filières existantes (Véhicule industriel, Automobile, Transport Aérien guidé, Fluvial, Ferroviaire), la Filière Mobilité Active, centrée sur le vélo, joue un rôle essentiel dans les activités de CARA. Adoptant une approche systémique et multimodale de la mobilité urbaine, cette filière vise à soutenir les politiques et les initiatives locales en matière de vélo. La région Auvergne-Rhône-Alpes, historiquement novatrice dans ce domaine, est un moteur de développement économique tant sur le plan industriel que des services liés au vélo. Ainsi, CARA agit comme un catalyseur en mettant en relation les initiatives locales avec les grands projets régionaux et nationaux liés au vélo.

 

Vélo Vallée : le pôle mobilité de l’Occitanie

logo Vélo Vallée, cluster du vélo en Occitanie

Fondé en 2018, Vélo Vallée, Cluster Occitanie est le premier cluster dédié à la filière Vélo dans la région Occitanie. Il regroupe 63 membres et est structuré autour de huit collèges, couvrant divers domaines tels que l'industrie, l'environnement, la distribution, les services, le sport, la marque-produit, le tourisme et le numérique. Son influence s'étend sur les treize départements de la région.
La philosophie que le cluster appelle "vélosophie", est de rassembler, représenter et contribuer au développement de toutes les entreprises de la filière du cycle. Il met l'accent sur le développement économique, la qualité de vie, le développement durable, l'innovation et la promotion du territoire, ainsi que sur toutes les pratiques cyclistes.
Ses principaux objectifs sont de mutualiser les compétences et de rapprocher les acteurs pour favoriser un développement dans un environnement durable, de donner une visibilité internationale au cluster et à ses membres, et de faire de l'Occitanie la première destination de tourisme à vélo en France.

 

                   

Le vélo « made in France », concrètement

Vélo aux couleurs de la France, illustrant le vélo fabriqué en France

L'engouement actuel pour le vélo "Made in France" illustre une prise de conscience croissante des consommateurs en faveur de vélos économiquement et écologiquement responsables. Cette tendance dépasse le simple acte d'achat pour devenir un véritable engagement en faveur du savoir-faire local, de la qualité et de la durabilité. Mais qu'entend-on exactement par vélo "Made in France", et comment se distingue-t-il de son homologue "Assemblé en France" ? Plongeons dans les détails qui font toute la différence.

Le vélo fabriqué en France

Un vélo "Made in France" se caractérise par sa conception et sa fabrication sur le territoire français. Cette désignation va au-delà de l'assemblage pour englober des étapes significatives de la production : de la fabrication des cadres à celle des composants, en passant par le montage final. La mention "Made in France" implique qu'une part substantielle de la valeur du vélo provient d'étapes de fabrication réalisées en France, conformément aux critères établis par la Direction Générale des Entreprises (DGE).

Une différence avec le vélo "assemblé en France"

La distinction principale entre un vélo "Fabriqué en France" et un vélo "Assemblé en France" réside dans le degré d'implication industrielle locale. Un vélo assemblé en France peut comporter des composants provenant de divers pays, l'assemblage final se déroulant en France. Cette mention peut parfois prêter à confusion, laissant croire à une fabrication intégralement française alors que les pièces peuvent venir d'Asie ou d'Europe. Le label "Origine France Garantie" offre une précision supplémentaire, exigeant que le lieu de prise des caractéristiques essentielles du produit soit en France et que 50% au moins de son prix de revient unitaire soit acquis sur le territoire français. Chez Galian, nous allons au-delà du cahier des charges du label « Origine France Garantie » avec un vélo actuellement fabriqué avec plus de 80% de composants achetés en France (dont le cadre), avec la volonté d'améliorer encore ce score dans les années qui viennent.

Quelques exemples de marques françaises

Dans le paysage du vélo made in France, le vélo Formidable de Galian se distingue par une collaboration étroite de plus d’une dizaine d’artisans et fabricants français. De la fabrication du cadre aluminium, œuvre de MILC en Occitanie, aux portières confectionnées par SIA en Sarthe, en passant par l’assemblage des roues en Bretagne par Velox, Galian fait le pari de la réindustrialisation et choisit l’industrie française pour concevoir des vélos performants et durables. Plusieurs entreprises se démarquent également par leur engagement envers la fabrication locale. Nous citerons par exemple la marque Ultima Mobility, qui créa les premiers vélos électriques pleinement fabriqués en France, certifiés Origine France Garantie. On citera également les vélos de la marque Jean Fourche, engagée dans la revalorisation de la chaîne de production des vélos avec un sourcing favorisant les composants français et européens. Enfin, la marque Velcan se distingue par la conception de VTT en cadre carbone, fabriqués et assemblés en France.

 

Ces marques, parmi d'autres, incarnent l'esprit du "Made in France" dans l'univers cycliste. Elles démontrent qu'il est possible de conjuguer innovation, qualité et respect de l'environnement tout en valorisant le patrimoine industriel français. Le vélo "Made in France" n'est pas seulement un produit ; c'est un choix conscient en faveur d'une consommation plus responsable et d'un soutien à l'économie locale.

En lire plus

Une mère de famille transporte ses 4 enfants à bord de son vélo cargo longtail électrique
entretenir velo electrique

Laisser un commentaire

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.